samedi 7 novembre 2020

Deux têtes fortes du mouvement féministe en Pologne et de la Grève des femmes.

Un entretien des deux féministes polonaises paru dans le quotidien polonais Gazeta Wyborcza samedi le 7 novembre 2020


Klementyna Suchanow et Marta Lemaprt

Contexte

Jeudi le 22 octobre 2020 le Tribunal constitutionnel dont les membres ont été nommés illégalement par le PiS (Droit et Justice) a prononcé l'arrêt de l'inconstitutionnalité du droit à l'avortement en cas de malformation du fœtus et ce quelque soit son état. De ce fait les femmes sont privées d'interrompre la grosse au nom de la défense du droit à la vie que garantit la constitution. L'accord entre l'Etat et l'Eglise de 1993 qui a débouché sur la loi qui permettait l'avortement dans 3 cas: malformation du fœtus, danger pour la vie de la femme et grossesse du au viol. 

Les Polonaises et les hommes ont manifesté vendredi le 30.10.2020 dans toute la Pologne, bravant l’interdiction de réunion publique à plus de 5 individus, passible d’emprisonnement de 6 mois à 8 ans. A Varsovie 100 000 personnes ont protesté contre la décision du Tribunal constitutionnel. Dans tout le pays on a estimé à 450 000 le nombre de manifestants y compris dans les petites villes.


       "Enfer des femmes" appel à la manifestation le 28.10.2020 à Słupca (ville de 14 000 habitants et 2000 manifestants),         Grande Pologne.



                                     Rond-point d'Adam Dmowski, centre de Varsovie. 30.10.2020

Le Parlement Européen exprime le lendemain son opposition aux actions du PiS en matière d'avortement en Pologne.

Nous souhaitons exprimer notre solidarité avec les milliers de Polonaises et d'hommes qui, malgré la pandémie, descendent dans les rues des villes et villages de toute la Pologne pour protester contre les restrictions barbares qui portent atteinte à leurs droits fondamentaux. Comme les autres femmes européennes, les femmes en Pologne ont le droit de décider de leurs propres droits fondamentaux. Comme les autres femmes européennes, les femmes en Pologne ont le droit de décider de leur vie et ne peuvent pas être forcées d'accoucher, en particulier lorsqu'un fœtus gravement déformé n'a aucune chance de survivre,  lit-on dans la lettre.

Nous tenons à protester fermement contre cette attaque sans précédent contre les droits et libertés des femmes en Pologne en pleine pandémie, écrivent les signataires.

Au-dessus des divisions (...). C'est un signal très clair de la position de l'UE dans le contexte des droits de l'homme, a commenté l'eurodéputé Robert Biedroń. La lettre adressée au Premier ministre polonais a été signée par les chefs des cinq principaux groupes politiques du Parlement européen : PPE (Parti populaire européen), S&D (socialistes et démocrates), Renew Europe (Renew Europe), Verts / ALE, GUE / NGL (Gauche unitaire européenne).

Trois jours plus tard est connue la proposition du projet de loi du président polonais, Andrzej Duda, d’exclure de la restriction d’avortement le fœtus lorsque la mort de l'enfant est inévitable en raison de déformations létales mais en même temps, destinée à protéger les fœtus atteints du syndrome de Down (trisomie).

La réponse du porte-parole de l’épiscopat polonais, Leszek Gęsiak, qui cite Jean Paul II, était : "L'Eglise a toujours appelé à un amour particulier envers les faibles et sans défense et à la protection de toute vie humaine de la conception à la mort naturelle" Il n'y a donc pas de place pour le compromis, a-t-il souligné.


Marta Lempart et Klementyna Suchanow : Pour la première fois, nous donnons le ton et « ils » doivent s'adapter. Et ils ne suivent pas.


Nous n'irons pas en politique, mais la société a appris à réagir, si nécessaire, elle dira : "foutez le camp" - disent Marta Lempart et Klementyna Suchanow de la Grève nationale des femmes.

Mercredi après-midi, le siège récemment ouvert de la Grève des femmes à rue Wiejska à Varsovie. La cuisine et les salles de bains sont en cours de rénovation. Suchanow assise à la turque, dans un grand fauteuil, Marta est allongée sur le canapé. Les téléphones bourdonnent, crient et sonnent. De temps en temps, elles sortent, de temps en temps quelqu'un entre, parce que on ne peut pas attendre quelque chose.

Klementyna Suchanow - yeux de biche et révolution

Anita Karwowska, Waldemar Pas : Êtes-vous d'accord les uns avec les autres sur l'idée de cette révolution ?

Klementyna Suchanow : Nous sommes d'accord sur l'objectif et la stratégie, mais nous avons des idées d'action différentes. Nous sommes à la fois intransigeants et forts, bien que chacun soit différent. Marta est empathique, j'agis froidement. Nous savons toutes les deux comment nous battre et tout recommencer. Bien que je pense que toi, Marta, exagères parfois émotionnellement.

Marta Lempart : J'ai besoin de quelqu'un pour me féliciter parfois ou pour me plaindre. Je suis un humain.

K.S. : Désolée, mais ce n'est pas ma tasse de thé.

M.L. : Parce que tu n'as pas d’empathie ! Tout le monde est trompé par Klem croyant qu"elle est gentille, les yeux comme une biche, et vous êtes une pure révolution.

K.S. : Je sais que seules les femmes sont capables de faire face à ce qui se passe dans le monde. Je n'ai jamais appartenu à rien, je ne me sentais même pas féministe, mais il y a quelques années, j'ai décidé tactiquement que la Grève des femmes changerait le monde et je dois m'en tenir à cette force. Lorsque les jeunes ont commencé à nous rejoindre, je savais que cette combinaison apporterait un changement. Maintenant que ça se passe, je suis, putain, accomplie. Nous avons une révolution !

Que porte-t-elle ?

K.S. : Opposition aux gouvernements autoritaires. Ce que nous faisons en Pologne aidera les filles au Brésil. Ce qui se passe aux États-Unis nous aidera.

Mais politiquement, rien n'a encore changé en Pologne.

M.L. :

Ce qui se passe ne peut pas être arrêté. Ce sont des changements irréversibles dans la conscience des gens qui sont dans la rue. La liberté qui s'est réveillée chez les gens ne peut être arrêtée.

K.S. : C'est la première fois que nous donnons le ton, et « ils » doivent s'adapter à ce que nous faisons. Et ils ne suivent pas. D'où, par exemple, la décision de suspendre la session de la Diète pendant deux semaines parce qu'ils ne savent pas quoi faire des manifestations.

Pourquoi réussissez-vous maintenant ?

K.L. : Parce que le gouvernement a échoué. Le moment où ils ont choisi de traiter la question de l'avortement était le pire possible. Les gens ont parfaitement lu leur lâcheté et leur cynisme. Nous deviendrons plus forts maintenant et ils s'effondreront sous le poids des pandémies, des conflits et de leur propre incompétence.

Allez-vous rencontrer le Premier ministre ?

K.S. : Personne ne veut plus parler à ce gouvernement.

M.L. : On ne peut parler que des conditions de leur démission. 

Il y a de plus en plus de cas de Covid, nous avons un confinement. L'argument selon lequel c'est à cause de la manifestation peut convaincre les gens et réduire votre soutien.

M.L. : Les gens savent très bien que la cause de ces manifestations est Jarosław Kaczyński. Même l'électorat du PiS le sait.

K.S. : Les enfants qui viennent aux manifestations s’enfichent de Kaczyński. Les manifestants se sont vus dans la masse. Ils n'ont pas l'intention de se battre avec les autorités, ils font la révolution cool. Ils peuvent danser et écrire des slogans amusants sur des boîtes en carton. Ils savent que les autres ont déjà perdu.

M.L. : Je le vois comme un nouveau patriotisme. Les jeunes protestent contre le pouvoir qui détruit notre pays. Ils ne vont pas le regarder passivement. Ils disent : nous n'aimons pas cette Pologne et nous en ferons une nouvelle.

K.S. : Le patriotisme ne me concerne pas.

M.L. : Et moi oui. Et les gens qui disent : je m'en branlais de ce qu'ils ont fait, mais là ils en ont abusé donc nous sortons dans la rue - c'est une attitude patriotique.

K.S. : Je ne vois pas les gens à travers le prisme des pays, donc le patriotisme n'a pas de sens pour moi.

M.L. : Klem, crois-moi, il y a peut-être quelques personnes en Pologne qui pensent différemment que toi.

Partout en Europe, les jeunes sont chez eux, c'est pourquoi, à mon avis, ils sont amusés par toute cette propagande de la peur de l'étranger et de la mauvaise UE qui va nous manger. Une partie du nouveau patriotisme est la conviction que la polonité est européenne.

Vous entendez-vous avec eux ?

K.S. : J'ai une fille qui a l'âge des manifestants et j'ai des contacts avec des étudiants, donc pour moi c'est un environnement naturel. Bien que l'âge moyen des militantes de la Grève des femmes soit plutôt quarante ans. La génération des mères de ces enfants qui sont maintenant dans la rue.

M.L. : Je me sens bien dans le rôle de la tante de la révolution.

C’est-à-dire ?

M.L. : J'offrirai des conseils et de l'aide, mais je fais de mon mieux pour ne pas intervenir.

K.S. : Ils auront peur de toi de toute façon.

M.L. : Peur ? J'espère que non.

Un jeune homme, Rafał, entre dans la pièce. Il collecte les commandes pour le déjeuner. Il propose des hamburgers, mais est rejeté. Marta veut un hamburger végétalien et des frites. Soupe aux lentilles pour Klementyna.

Lempart et Suchanow : nous sommes en contact avec l'opposition

Contrôlez-vous cette révolution de la jeunesse ?

M.L. : Nous voyons notre rôle dans le soutien aux gens, le partage d'expériences et le transfert d'argent pour l'activité. Mais la Grève prend de l'ampleur, l'ampleur de l'intérêt, de la volonté de coopérer et de toucher, a quintuplé.

K.S. : Les jeunes ne coupent pas les cheveux en quatre, ils prennent ce que nous leur donnons et se débrouillent seuls. Les anciens se sentent obligés de rendre compte et de montrer leur gratitude. Dans tout cela, la loyauté, la confiance et des décisions rapides sont importantes. Et c'est comme ça.

M.L. : Quelqu'un après une action ferme de Klementyna voulait mon commentaire au nom de la Grève. La déclaration était : Klementyna est une adulte.

K.S. : Nous avons l'autonomie. Je fais quelque chose, Marta l’ignore, et vice versa, mais on se fait confiance car on sait qu'on vise le même but.

Cela signifie-t-il que les femmes font cette révolution ?

K.S. : Cela nous concerne corporellement, c'est une réaction organique résultant d'un sentiment de menace. Je suis sortie dans la rue pour ma fille adolescente, mais pour améliorer l'image de la Grève, je ne resterai pas silencieuse sur des questions importantes pour nos enfants, comme les droits des personnes LGBT.

M.L. : La révolution féminine se caractérise également par un haut degré de pragmatisme. Nous ne voulons pas débattre, nous voulons être efficaces dans les changements que nous demandons.

Parlez-vous à l'opposition à la Diète ?

M.L. : Nous avons des contacts de travail, mais nous ne l’avons pas contactée comme elle ne nous pas contactées non plus officiellement.

Ce n'est pas le moment pour des coalitions, mais nous n'avons pas non plus d'ennemi dans l'opposition. Ce forcing que nous devrions nous entendre avec les politiciens ou qu’il ne faudrait pas leur parler, c'est juste le PiS qui réchauffe l'atmosphère pour créer des champs de conflit, pour nous éloigner du travail.

De même, nous ne serons pas concernées par le fait que quelqu'un a critiqué les manifestations ou craint quelque chose.

Que direz-vous à ceux qui ne comprennent pas pourquoi vous opérez sans structure claire et ne savent pas où vous conduisez ?

K.S. : Beaucoup de gens de notre génération et de l'ancienne génération ne nous comprennent pas, d'où la question de savoir si nous allons entrer en politique. Vous pouvez faire quelque chose pour les gens sans ambition politique. Nous ne voulons pas remplacer les politiciens, nous voulons un nouveau modèle de fonctionnement.

Nous ne nous identifions à aucun parti. Nous avons des sympathies politiques différentes. Ainsi, dans une ville, la Grève coopérera avec les députés PO, dans une autre avec la gauche, ou avec quelqu'un d'autre. C'est secondaire. L'objectif est important : les droits des femmes, en particulier la libéralisation de la loi sur l'avortement. Il y a quelques années, le point de vue sur l'avortement était différent lors de la grève, aujourd'hui il ne fait aucun doute que le changement doit aller vers la libéralisation.

Pause. Rafał a apporté des pâtes végétariennes d'un restaurant voisin. Clémentine n'a pas mangé, elle est sortie à la rencontre. Marta Lempart est revenue la première.

 Lempart et Suchanow: "Nous marchons sur la bande"

M.L. : Vous avez demandé ce qui nous différencie ... Nous nous disputons car Klem continue de parler de ce qui se passe à Varsovie comme si c'était le seul endroit au monde. Je vis à Wrocław et je ne parle pas de Wrocław tout le temps. Cette concentration sur une ville sur-putain-représentée.

Mais vous avez ouvert un bureau de la Grève à Varsovie.

M.L. : Cependant, je dois constamment rappeler qu'il y a la Pologne en dehors de la capitale. Nous nous disputons beaucoup à ce sujet. Parce que Klem ne veut entendre parler de la Pologne dans le contexte de l'action nulle part, elle a ses propres petits projets, et merde.

 Entre Clementyna Suchanow

 K.S. : Oui, nous utilisons toutes les deux un langage brutal, cela nous relie.


Un des slogans lors des manifestations contre l'arrêt du Tribunal constitutionnel: "Allez vous faire foutre " ou "dégagez"

et qui s'adresse au pouvoir


M.L. : Tu t’en souviens ? Lorsque nous cherchions un slogan pour protester contre la décision du Tribunal, nous avons décidé que nous voulions juste cela : qu’ils aillent se faire foutre. Le langage des conversations privées a fait irruption dans le débat public et il s'est avéré que les gens l'apprécient.

K.S. : Je me souviens qu'au début je faisais attention à la langue des messages de Marta, ça me plaisait beaucoup. Quelqu'un écrit enfin normalement, ai-je pensé.

M.L. : Klem m'a félicitée pour la première fois, vous l'avez enregistré ?

K.S. :

Lorsque les gens de transport commenceront à venir vers nous, ils essaieront de nous aplanir. Et le style de cette Grève est juste comme ça - nous marchons sur une bande.

Lempart et Suchanow : Ma douleur est comme la tienne

Mais les gens disent que l'ambiance s'estompe.

K.S. : Mais enfin, c’est à nous de le faire ? Si les gens en ressentent le besoin qu’ils sortent dans la rue.

M.L. : Nous soutenons les gens et nous ne pouvons pas faire plus. Et si le « commentariat » a de la rancune ...

Qui ?

M.L. : Ceux qui commentent, les mêmes qui disent qu'il y a trop de demandes. J'invite donc ce commentaire honorable à rencontrer mon ami Mietek et à lui dire en face : tu sais quoi, Mietek, c'est bien que les chauffeurs de taxi soutiennent les filles qui protestent, mais arrête de raconter des conneries sur le bouclier de protection pour les taxis car c'est un sujet de substitution.

K.S. : Si l’on est ensemble, on est ensemble. Nous ne dirons pas : ma douleur est plus importante que la tienne. Putain non.

ML : C'est pourquoi nous avons des manifestations communes les lundis : certains crient ***** ***, d'autres luttent contre la catastrophe climatique, dans les grandes villes, ce sont les droits des femmes ou des LGBT, mais il y a aussi la protection de la santé, la gastronomie, les chauffeurs de taxi, les gymnases et beaucoup, beaucoup d'autres gens.

K.S. : Sinon, ce serait un calcul politique et je ne sais pas pourquoi les gens ne comprennent pas.

M.L. : Parce que le « commentariat » a un endroit où vivre, il ne se bat pas pour la vie.

Et vous battez-vous pour la vie ?

M.L. : Je voudrais retrouver ma vie privée, ne pas lire les lettres de 500 personnes disant qu'ils vont me tuer.

K.S. : J'aimerais pouvoir faire des rencontres, sortir quelque part le soir - ça n'existe pas aujourd'hui. Récemment, j'ai appelé quelqu'un qui a commencé à nous aider et il m'a dit qu'il était en train de dîner. J'ai pensé : quelle putain de dîner, il y a une révolution. Quand ce sera fini, j'écrirai un livre, permettez-moi d'être introvertie.

Lempart et Suchanow : être comme Kuroń

Et la politique ?

K.S. : Moi, certainement pas.

M.L. : J'aimerais travailler pour l'État, être quelqu’un comme Jacek Kuroń. En Pologne, la culture et la politique sociale tombent toujours sous l'influence d'un pire partenaire de la coalition. Cela doit être changé, c'est un domaine clé.

Voulez-vous rendre aux autres ce que vous gagnerez ?

M.L. : Nous n'avons rien à rendre.

K.S. :

Personne ne ramassera ce qui se passe actuellement. La société a appris à réagir, à rendre compte, si nécessaire, elle dira : "foutez le camp".

Mais politiquement, quelqu'un le prendra, c'est comme ça que ça marche.

K.S. : Parler des gens est beaucoup plus important pour moi que de la putain de politique, désolée.

M.L. : L'idée est que les gens sachent s'organiser en peu de temps et crient «dégagez !» Un jour ils auront mal quelque part.

Vous n'allez pas soutenir les politiciens ?

K.S. : Jamais de ma vie.

M.L. : Moi j'apprécie les gens qui sont dans la politique, qui font des choses, il faut les en féliciter.

K.S. : Je ne pense pas. Je soutiendrai les filles qui partiront de nous, mais pas les politiciens qui sont déjà au firmament, même si je les aime parfois.

Mais en avez-vous besoin aujourd'hui ?

M.L. : Ils en ont plus que nous. Ils ont besoin d'apprendre de nous comment parler aux gens pour qu'ils n'entendent pas « foutez le camp » devant leur maison lorsqu'ils font une erreur.

K.S. : Oui, c'est un changement de société, les politiciens doivent le comprendre. Nous pratiquons cela au sein du Conseil consultatif pour qu'il traite les demandes des gens et non en proposant les siennes. Parce que chacun des membres du Conseil a ses opinions. Nous le coupons. Pour moi, les gens avec la formation universitaire, c'est irritant quand le débat et l'enquête à la source sont obscurcis par des nuages ​​d'opinions, notamment dans les médias sociaux. C'est ainsi que naissent des mouvements comme les anti-vaccins.

Les faits, la science et la vérification sont complètement tombés. J'ai hâte de restaurer la foi en la raison. Par conséquent, notre Conseil consultatif est composé d'experts qui ont des connaissances, pas de ceux qui ont une opinion. Je ne jure déjà que par les opinions.

Je m'intéresse aux sources d'information, à la science et aux personnes instruites. Le PiS a nié les Lumières et je souhaite restaurer la confiance dans la connaissance.

Méritocratie.

K.S. : C'est trop à dire, car il n'y a pas d'éléments sociaux. Il faut se détourner de la gestion technocratique à la manière de Leszek Balcerowicz - c'est ce que les messieurs ne comprennent toujours pas.

M.L. : Parce que quand on parle de connaissance, c'est la connaissance dans le service, pas la mise en œuvre de ses théories.

Mais il y a aussi des anti-vaccins parmi les personnes qui vous soutiennent.

K.S. : Peut-être que grâce à nos arguments, ils comprendront quelque chose ?

Vous avez beaucoup de conseillers qui vous disent ce que vous devriez et ne devriez pas.

M.L. : Le problème n'est pas que les gens conseillent - les sages valent toujours la peine d'être écoutés - mais que nous sommes débordées d'informations et que nos canaux de communication sont obstrués.

Marta Lempart : "Klem, as-tu besoin de ces bombes ?"

La révolution vous a surprises ?



K.S. : C'était jeudi, j'avais des plans pour ce week-end. D'accord, vendredi ce sera après le Tribunal, je m'assois et j'écris un nouveau chapitre du livre, et à ce jour je n'ai pas regardé ce dossier.

M.L. : Nous sommes encore en train d'aménager le bureau : ils nous remplacent des poignées, des portes, des visiophones, des alarmes, car la sécurité est importante dans cette situation.

K.S. : Ils nous demandent si la poignée doit être de ce côté, et nous répondons sans savoir de quel côté il s'agit.

M.L. : Ou quelqu'un crie soudainement : « Où est la table de travail ! Où est la table de travail ! ».

Sur quoi écrivez-vous ?

K.S. : A propos de la révolution, 1904-06, l'action se déroule, entre autres à Varsovie, les héroïnes sont principalement des militants anarchistes, le fond de l'histoire est basé sur des faits, mais les héroïnes sont fictives. La moitié des mouvements anarchistes étaient constitués de femmes et elles ont entrepris des actions lourdes, et dans un tel PPS seulement 20 à 30%, c'étaient des femmes. Tiens l'indépendance, la Pologne, mais aussi le patriarcat, et ici la liberté totale. Elles pouvaient non seulement gérer la maison, mais aussi mettre des bombes.

M.L. : Klem, je ne sais pas, est-ce que tu dois en parler, de ces bombes ?

K.S. : Mais il y avait des bombes partout et des agents de police faisaient dans le froc, et le gouverneur général (du Pays de la Vistule) ne quittaient pas sa demeure. Je suis tout à fait pour.

M.L .: Je comprends, mais je ne sais pas si le comprendra la TVP (télévision publique devenue une tube de propagande gouvernementale). Pardon... Nous devons déplacer ce canapé car il y a mon téléphone derrière ...


Marta Lempart lors de la manifestation des femmes avec les slogans : "Je pense, je sens, je décide" et "Les uterus se sont levés des genoux"


Qu'arrivera-t-il au patriarcat ?

K.S. : Demandez aux jeunes filles qui descendent dans la rue ; aucune chance qu'il revienne.

Et ensuite ?

K.S. : Et dans quelle perspective le demandez-vous : plus longue ou plus courte ?

À la fois.

K.S. :

Nous allons nous balancer un peu, car cette énergie de la rue ne sera pas la même, mais nous pouvons toujours compter sur un énorme soutien du gouvernement - ils vont certainement foutre de quelque chose à nouveau pour nous faire chier. Ils nous aident toujours.

Et dans la plus longue ?

K.S. : Il faut regarder ce qui va se passer en Amérique, puis avec Bolsonaro au Brésil, avec tout le puzzle qui se décompose lentement. On verra si, par exemple, les mouvements fascistes ne viendront pas après Trump, car c'est vraiment un combat contre ceux qui viendront après eux. Ce n'est pas un combat avec le PiS aujourd'hui, mais avec les queues de PiS, un combat pour la succession.

Lempart et Suchanow : il n'y a pas de leaders ici

Quelles erreurs avez-vous commises et quelles conclusions en avez-vous tirées ?

K.S. : Nous ne tenons pas compte des erreurs, car chacune de nous en a déjà compté tant ... Elles sont incluses dans l'action.

M.L. : J’ai raffermi ma conviction qu'il n'y a rien de plus important que la possibilité d'un dialogue direct avec les manifestants. C'est une leçon que nous devons refaire pour revenir à l'état dans lequel nous pouvons communiquer directement avec les gens dès que possible.

Comment allez-vous le faire ?

M.L. : Nous passons à des outils autres que Facebook. Avec un tel engagement et avec un tel numéro, ce n'est plus utile. Avec la carte des événements, nous sommes passés à notre site Web, et avec d'autres choses, nous quittons Facebook.

Où ?

M.L. : Slack et d'autres, je n'en sais rien et cette nécessité m'irrite. Nous vérifierons et choisirons celui qui convient.

K.S. : Nous devons nous rassembler, trouver le contact les uns avec les autres. En 2016, il y avait 150 villes (où ont eu des manifestations de femmes contre le projet d’interdiction totale d’avortement), et maintenant près de 500, à une échelle différente.

Vous dites que les dirigeants ne sont pas là. Alors est-il possible de gérer le trafic collectivement ?

K.S. :

Beaucoup pensent que Marta est un leader ou lorsque quelqu'un vient ici et demande où est le patron,  nous en rions parce que nous sommes toutes des chefs.

Ne vous sentez-vous pas les chefs de file de ce qui se passe ici ?

M.L. : Je préfère dire que je suis l'initiatrice parce que c'est vrai.

K.S. : Et cela ne veut pas dire que nous sommes les seules à prendre des décisions ici, car ce n'est pas le cas.

M.L. : Les gens décident eux-mêmes, et c'est tout. C'est aussi l'occasion, maintenant, de dire aux médias que Klem et moi n'allons pas parler à tous, parce que c'est impossible, parce que nous manquons d'heures dans la journée. Si quelqu'un veut parler à la Grève, il devra également parler à d'autres personnes. Et cela me rend très heureuse.

Marta Lempart : Ils m'ont enlevé l’autorité de l'État

De quoi avez-vous peur ?


Klementyna Suchanow maîtrisée par la police après avoir jeté des œufs sur les voitures de la Chancellerie du Président de la République de Pologne. Décembre 2017


M.L. : Que quelqu'un me foute un coup, parce que tout le monde a peur de telles situations. Mais cela ne m'arrête pas. Je blâme l'État que la situation est comme elle est.


Klementyna Suchanow, écrivaine, rédactrice en chef, traductrice, militante de la Grève des femmes, a été menottée par des policiers lors du « Rassemblement sur la terre interdite ». Militants des citoyens de la République de Pologne, le Comité pour la défense de la démocratie et la Grève des femmes ont tenté de pénétrer dans les locaux de la Diète, assistés de parlementaires - le jour du début de la dernière session de la Diète avant les vacances d'été. Varsovie, 18 juillet 2018


K.S. : J'ai déjà été blessée, que peuvent-ils me faire d'autre ? En 2018, lors d'une manifestation devant le palais présidentiel, les policiers m'ont perturbée, endommagé ma colonne vertébrale, qui s'est soldée par une opération.

Quand tu es sur un lit d’'hôpital et que les médecins te disent que c'est fifty-fifty, que tu te réveilleras ou pas, et que tu as cinq minutes pour réfléchir à la façon de sécuriser ton enfant, à qui laisser tes clés de la maison et tes mots de passe de compte en banque, rien de pire dans la vie ne peut t’arriver. C'est la situation finale, je l'ai dans ma tête. L'État a contracté chez moi une énorme dette et je ne sais pas comment il va la rembourser. De telles choses ne devraient pas être faites aux citoyens.

Mais ça ne vous a pas fait peur.

K.S. : Comme on voit, non. Ils ont tort s'ils pensent que la répression peut forcer les gens à cesser d'agir. Arrestations par la police, traitement désagréable - cela ne fait qu'augmenter la résistance.

Cela vous donne-t-il un sentiment de liberté ?

K.S. : Si l’on a vécu une telle situation une fois, c'est foutu, ils peuvent toujours me causer.

M.L. : La peur est moindre car tu sais comment c'est. Pour moi, ils ont franchi la frontière du ridicule. J'ai 48 poursuites, ce sont des conneries après tout. Je ne sais même pas lesquelles sont terminées.

K.S. : Ils sont déjà ridiculisés par les jeunes, ce sont les héros des mèmes et de courtes vidéos aux mots ***** ***. Ils ne sont pas du tout traités comme des dirigeants sérieux. Quand Morawiecki (premier ministre) dit quelque chose à la télé, ils le regardent et disent : fuck me, c’est vrai ?

M.L. : Je ne peux pas leur en donner un de plus, car je suis citoyenne de l'Etat et je crois que l’Etat, la loi étaient, sont et seront.

KS. : Oh, c'est vrai, Marta est partisane de l'État et moi, je suis un anarchiste.

M.L. :

Plus tôt, quand j’allai devant la Diète, je sentais que c'était un endroit important, que des choses importantes s’y passaient. On peut s’en moquer, mais c'est ce que je pensais. Tout le monde ressentait une humilité devant cet endroit. Et maintenant, ils nous ont tout pris. Je ne leur pardonnerai pas.

En temps normal, je serais la dernière personne à aller contre mon propre pays.

K.S. : Quant à moi, cette décomposition légale me convient car elle crée le chaos. Seulement ils l'utilisent pour introduire l’autoritarisme, et pour moi le chaos est bon en ce qui concerne l'autonomie et l'indépendance des cellules sociales. L'anarchie du PiS est une anarchie déconstructrice, et moi je pense à une anarchie constructive et renforçante.

L'anarchie constructive est-elle un oxymore ?

K.S. : Non. Le chaos n'est pas un désordre, c'est une structure où vous devez suivre la direction d'où vient la balle. Tu dois être prudent, compréhensif, savoir ce qui se passe, réagir de manière appropriée ...

Vous dessinez une description du temps d'incertitude.

K.S. : Il faut apprendre à y vivre. J'aime ça parce que d'un point de vue artistique c'est une période très créative, il n'y a pas un ordre, on peut choisir des chemins différents.

Mais les gens préfèrent vivre «de à », avoir des limites.

M.L. : Quel genre de personnes ?

K.S. : Moi non, je préfère quand les gens se décomposent et créent d'une manière nouvelle et fluctuante. Je ne sais pas si cela est réalisable avec l'humanité, mais cela me convient.

L'Internationale des Démocrates

Combien d'argent ont les ultra-conservateurs en Pologne ?

K.S. : Et merde. Toutes ces actions, par exemple, quand Ordo Iuris (association juridique d’extrême-droite) fait des calculs combien de locaux sont alloués aux associations communautés LGBT par la ville ... et pourtant ils ont tellement d'argent que nous sommes de pauvres souris à côté d’eux.

M.L. : Ça se voit depuis 2016.

K.S. : Et c'est un large cercle d’Etats qui font partie de ce réseau d'extrême droite. Croatie, Lituanie, Estonie. Les Lituaniens nous écrivent : hé, écoutez, nous avons une organisation tellement étrange, elle porte un nom comme ça et elle fait des choses étranges. Et je leur dis que ce sont des choses qui ont été faites chez nous il y a quelques années. Les journalistes d'investigation nous appellent et je leur explique tout le mécanisme de leur modus operandi en Pologne. Ils commencent également à faire les liens. Nous commençons à rassembler ce que quelqu'un a découvert en Croatie ou ailleurs. Maintenant, j'ai été contactée par quelqu'un des Pays-Bas, de Belgique. Les fragments que nous avons trouvés montrent la taille énorme de ce phénomène. Nous sommes (la Pologne) un terrain d’entrainement. Nous savons qu'il y a quelque temps, un jeune homme politique néo-fasciste de premier plan de Belgique est passé par un camp de formation en Pologne.

Si vous disposiez d’un grand porte-parole pour que les sociétés occidentales vous entendent, que leur diriez-vous ?

M.L. : On se bat pour vous, putain, alors peut-être que vous pourriez vous ressaisir !

Quoi d'autre ?

M.L. : On se bat pour vous, putain, alors peut-être que vous pourriez vous ressaisir !

C’est-à-dire ?

M.L. : Commencez par faire pression sur vos hommes politiques qu’ils arrêtent de parler avec gouvernement polonais et commencez à parler avec nous parce que nous avons besoin d'aide.

K.S. : En Occident, ils pensent souvent qu'ils sont protégés par leur revendication de civilisation, qu'ils y sont immunisés. J'ai eu de telles conversations avec des femmes allemandes.

Et ils ne sont pas immunisés.

M.L. : Personne ne l'est.

K.S. : En Pologne, nous ne pouvions pas non plus croire qu'ils pouvaient faire ceci et cela, et ils l'ont fait.

Si cela se produit en Pologne, et même aux États-Unis, pourquoi cela ne se produirait-il pas en Allemagne, en France ou en Norvège ? Ce n'est pas par hasard chez nous, car la Pologne est un pays de l'Est, avec un grand nombre de catholiques, donc on peut jouer avec de telles trames comme la tradition. Le front de guerre court ici.

Les démocrates à l'échelle européenne devraient donc soutenir davantage ?

M.L. : Cela commence à arriver et ils viennent nous demander de l'aide pour que nous leur disions ce qui les attend et comment s’en défendre. Nous ne sommes pas satisfaites de cela bien que je me sois rendue chez eux et que je les aies avertis, mais personne ne m'a écoutée.

Lire une excellente tribune dans le quotidien Libération   du 9.11.2020

Complément

Le 18.11.2020 ont eu lieu des manifestations à Varsovie et ailleurs. Les deux femmes en ont été de nouveau les organisatrices. Une des manifestations a essayé de s'approcher du siège de la Diète qui avait été entouré de cordons de police et de barrières comme une forteresse assiégée. Les manifestant pacifiques ont dû se déplacer toujours ailleurs par exemple vers la place de Gaulle où se situe la Bourse et le grand panneau illuminé de la TVP (tube de propagande du régime) car la police bloquait les rues et a utilisé du gaz lacrymogène. Le vice-président de la Diète, Czarzasty a été perturbé par la police selon les députés de l'opposition ce qui a été nié par l'autre vice-président, Ryszard Terlecki, membre du PiS.

Voici quelques photos de cette soirée. 

                    La pancarte utilise à côté des deux éléments de la de devise française le terme "Allez vous faire foutre"                





                                                                               Marta Lempart


                                                                          Klementyna Suchanow

                                                    Les militaires protègent le siège de la Diète en arrière plan


L'éclair devenu le symbole de la résistance des femmes polonaises (durant l'occupation nazie aussi mais qualifié par J. Kaczynski de symbole nazi: les éclairs des SS !)

                                                     Jeu de mot en polonais "Putain de votre mère"

                                                                                      C'est la guerre

            Place de Gaulle. A gauche l'ancien siège du Parti transformé en Bourse en 1990, à droite l'illumination de la TVP